Demeurer fidèle à l’Eternel

Le chapitre 10 du deuxième livre des Rois raconte, au 4ème siècle avant JC, l’extermination de la famille d’Achab, roi d’Israël. Ce chapitre décrit deux combats, l’un militaire et l’autre spirituel.

Ces deux combats doivent être compris à la lumière des contextes politique et spirituel de ce royaume.

En 931, après la mort de Salomon, le royaume est scindé en deux, Israël au nord, qui a pour capitale Samarie, et Juda au sud, dont Jérusalem est la capitale.

En 874, Achab, de la maison d’Omri, monte sur le trône d’Israël, il régnera pendant 20 ans. Son règne n’est que corruption. Les riches asservissent les pauvres, les paysans sont dépouillés et ruinés. Son fils et son petit-fils poursuivront dans la même voie.

Le culte de Baal est devenu la norme en Israël depuis qu’Achab a épousé Jézabel, une princesse de Sidon de Phénicie.

Les prophètes de l’Eternel sont rejetés au profit des prophètes de Baal. Des autels et des temples sont dressés pour Baal mais aussi pour Astarté, une déesse phénicienne.

Le prophète Elie a averti Achab que le jugement de Dieu viendrait sur lui s’il ne se repentait pas.

La maison d’Omri est exterminée. Les fils d’Omri, Achab, Achazia et Joram régneront sur Israël pendant 4 générations, soit 47 ans.

Le roi Joram, de la 4ème génération de la maison d’Omri, est tué par Jéhu selon le jugement de Dieu annoncé par Elie. Les 70 princes sont de même exterminés.

15 Étant parti de là, il rencontra Jonadab, fils de Récab, qui venait au-devant de lui. Il le salua, et lui dit : Ton coeur est-il sincère, comme mon coeur l’est envers le tien ? Et Jonadab répondit : Il l’est. S’il l’est, répliqua Jéhu, donne-moi ta main. Jonadab lui donna la main. Et Jéhu le fit monter auprès de lui dans son char, 16 et dit : Viens avec moi, et tu verras mon zèle pour l’Éternel. Il l’emmena ainsi dans son char. 17 Lorsque Jéhu fut arrivé à Samarie, il frappa tous ceux qui restaient d’Achab à Samarie, et il les détruisit entièrement, selon la parole que l’Éternel avait dite à Élie.

Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

19 Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. 20 Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. 21 Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. 22 Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises !

Jéhu

Jéhu a été choisi par Dieu qui avait ordonné à Elie d’aller oindre Hazaël, comme roi de Syrie et Jéhu, comme roi d’Israël. Elie a oint Hazaël. Elie est allé auprès de Dieu et Elisée reprend la charge d’Elie. Mais Elisée désignera un autre prophète pour oindre Jéhu comme roi d’Israël.

Jéhu a pour mission de restaurer le culte de l’Eternel. Il sait qu’il ne peut le faire seul. Il s’adjoint les Récabites qui n’ont jamais fléchi le genou devant Baal et qui ont une bonne réputation au milieu du peuple.

Jéhu part combattre la maison d’Omri afin d’accomplir ce qu’avait ordonné Elie de la part de Dieu.

En chemin, il rencontre Jonadab, fils de Recab. Jonadab devient le témoin des agissements de Jéhu qui accompli ce qui est juste devant l’Eternel. Par la suite, par deux fois, Jéhu se montre infidèle à l’Eternel. S’il fait disparaître le culte de Baal et ses prophètes, il conserve les deux veaux d’or qui sont dressés, l’un à Bethel, l’autre à Dan.

En effet, Jéhu ne désire pas retourner adorer Dieu dans le Temple de Jérusalem. L’idolâtrie mise en place par le premier roi d’Israël se perpétue donc sous le règne de Jéhu.

De même, Jéhu va au-delà du commandement de Dieu qui est de détruire la maison d’Achab. Il blesse grièvement Ahazia, roi de Juda, qui est de la lignée davidique. Dieu veille sur sa promesse et ne permet pas qu’Ahazia meurt.

Jonadab, le récabite est témoin et quitte Jéhu.

L’Eternel ne laissera pas impuni les mauvaises actions de Jéhu. C’est par la bouche du prophète Osée que le jugement de Dieu est prononcé.

« Car encore un peu de temps, et je châtierai la maison de Jéhu pour le sang versé à Jizreel, je mettrai fin au royaume de la maison d’Israël ».

Le roi Zacharie est assassiné et la maison de Jéhu disparaît. La maison de Jéhu aura régné de 841 à 750 avant JC. En 722, date de la déportation d’Israël en Assyrie.

Contactez/suivez-nous

Que dire des maisons d'Omri et de Jéhu ? Que dire des récabites ?

Les prophéties se réalisent, la maison d’Achab est détruite. Les rois choisis par Dieu sont oints, tels Hazaël et Jéhu. Ceux qui sont fidèles à Dieu, comme il est parlé des récabites, s’écartent du chemin des hommes qui choisissent le péché.

Si la Bible montre une bataille militaire, celle-ci est clairement inscrite dans une bataille spirituelle. Le spirituel est premier. Le spirituel est au-dessus du physique.

Ici, il est montré la maison d’Achab qui a péché sans retenue aucune, qui a volé, détruit, asservi, méprisé le peuple.

Le jugement de Dieu s’est abattu sur cette maison.

La maison de Jéhu s’est montrée fidèle à ce que l’Eternel a demandé mais ensuite Jéhu a accompli des choses selon sa volonté et non celle de Dieu.

Le jugement de Dieu s’est abattu sur cette maison.

Les récabites, dont il est peu parlé, sont fidèles à Dieu et observent la Loi de Moïse. Ils ne s’en détournent pas. Ils sont nomades, refusent la sédentarité. Ils sont peu nombreux et très discrets.

Bien qu’ils ne soient ni roi, ni sacrificateur, ni prophète, la Parole de Dieu les guide. Ils sont à l’écoute de la Parole et sont fidèles à la Parole.

Les récabites ont fait le choix de la fidélité à l’Eternel.

Il n’est plus ensuite parlé des récabites, vieille tribu à laquelle Jethro, le beau-père de Moïse appartenait. Ils sont venus pour aider Jéhu à mettre la Parole à la première place et sont repartis en constatant l’infidélité de Jéhu.

Avec les Récabites, la compromission n’existe pas. Il est impensable de « bien commencer » et de « mal terminer ».

Nul ne peut s’approprier ce que l’Eternel n’a pas donné, ni faire ce que l’Eternel n’a pas demandé.

La bénédiction demeure sur eux.

Trois types de comportements et de pensées

Ici, trois types de comportement et de pensées apparaissent.

Premièrement : Il y a la maison d’Omri avec Achab qui conteste tout besoin de changement, de repentance. Achab est aveugle et croit voir. Le jugement de Dieu est inéluctable ; Aujourd’hui, à moins de ne pas vouloir voir, nul ne peut dire qu’il ne voit pas des Achab et des Jézabel agir dans le monde. Jésus encourage l’Eglise et dit à ceux qui croient en lui « prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33)

Les prophètes ont été persécutés, exécutés, car ils parlaient de la part de Dieu. Pourtant, ils auraient pu se taire mais la vérité de Dieu allait au-delà de leur propre volonté. Leur confiance en Dieu engendrait la colère du roi qui refusait la vérité et attirait la colère de Dieu, le châtiment de Dieu.

Deuxièmement :  Il y a la maison de Jéhu, avec Jéhu qui pense être sur le bon chemin mais dévie selon son bon vouloir. Il ne voit pas le besoin de se repentir car tout concourt à ses fins personnelles ;

L’attrait des richesses, le pouvoir sans partage a mis à mal la volonté de Jéhu pour accomplir la volonté de Dieu.

Jéhu a été choisi par Dieu afin d’accomplir son jugement sur Achab. Jéhu accomplit la volonté de Dieu et greffe sa volonté par-dessus.

Dieu dit aussi que le jugement guette celui qui ne se repent pas et ne revient pas à lui.

Jéhu a continué à laisser le peuple dans l’idolâtrie afin qu’il ne retourne pas à Jérusalem. Il avait peur que le peuple ne soit à nouveau unifié. Mieux valait donc l’idolâtrie, les richesses, les fausses doctrines plutôt que de se détourner de ses mauvaises voies.

Troisièmement : Il y a la tribu des récabites qui désirent de tout leur cœur marcher selon la Parole que l’Eternel a donnée. Ils se purifient, ont du discernement et de la sagesse. L’humilité les conduit. Les récabites n’ont eu de cesse d’écouter la parole de Dieu et de la mettre en pratique. Le Psaume 1 dit :   « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit ! » (Psaumes 1:1)

C’est ce que les récabites ont fait depuis Moïse. Après avoir marché avec Jéhu, ils partent car Jéhu a accompli sa volonté par-dessus celle de Dieu. Le jugement concernant Jéhu ne concerne pas les récabites. Même s’ils ont été ensemble pour accomplir un jugement, les récabites retournent à l’anonymat quant aux hommes mais pas quant à Dieu.

Le jugement ne viendra pas sur eux car ils savaient qu’ils ne devaient « pas marcher selon le conseil des méchants », en l’occurrence ici, selon le conseil de Jéhu…Ils auraient pu avoir des postes clés dans le royaume de Jéhu, mais ils ont refusé car cela aurait été de la compromission.  

La semaine dernière, Armel a raconté une histoire concernant des chrétiens qui désiraient entendre Dieu leur parler et la réponse qui leur avait été donnée était « vous voulez entendre Dieu parler ? Lisez la Bible à voix haute ! ». Dieu parle et tout chrétien doit écouter. La Bible donne tout ce dont un chrétien a besoin pour marcher à la suite de Jésus.

Les récabites n’avaient pas l’Esprit-Saint. Ils n’étaient ni roi, ni sacrificateur, ni prophète mais leur désir de vivre conformément à la volonté de Dieu était ancré en eux. Le chrétien a été baptisé d’Esprit-Saint, peut-il faire moins qu’un récabite ?

La sagesse, le discernement et l’humilité d’un chrétien serait-elle moindre que celle d’un récabite ?

Il est écrit que le chrétien a été « scellé par le Saint-Esprit pour le jour de la rédemption » (Ep. 4:30)

Scellé, le chrétien doit vivre conformément à ce que le Saint-Esprit lui enseigne et ne pas l’attrister (Ep. 4:30).

Dieu rappelle à tous ceux qui se réclament de lui qu’il reprend et châtie ceux qu’il aime. Il attend d’eux du zèle et de la repentance. (Ap. 3:19) « Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui »  (Ap. 3:20) Jésus demande à tout chrétien « de vaincre comme lui a vaincu. » (Ap. 3:21) Il a été lu dans Jean, précédemment, « Prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33)

Ces trois types de comportement et de pensées sont toujours présents aujourd’hui. L’homme n’a pas changé, son cœur est toujours rebelle à Dieu et désire une complète autonomie quitte à se détruire et à se détruire pour l’éternité.

Que conclure pour l'Eglise d'aujourd'hui ?

Aujourd’hui, tout chrétien peut s’interroger de ne pas pouvoir se rassembler dans une Eglise alors que les grandes surfaces sont ouvertes et drainent une population nombreuse.

Les lieux de culte ne semblent pas être en odeur de sainteté, la foi doit relever du privé. C’est un combat pour l’Eglise que de ne pouvoir se rassembler, d’avoir une communion fraternelle. Les chrétiens sont persécutés dans bien des pays et ceux-ci sont même de plus en plus nombreux. Qui s’en inquiète ? Des guerres éclatent en tous lieux, des attentats sont commis dans les pays occidentaux.

Aujourd’hui, comme du temps d’Achab, les riches deviennent plus riches, les pauvres, plus pauvres. Ceux qui croyaient encore pouvoir vivre sont confrontés à des décisions administratives sans fondement qui les conduisent à la faillite. Les restrictions de libertés s’accumulent les unes après les autres.

Lorsque la ruine et le désespoir frappent le peuple, celui-ci se révolte. Il est aussitôt réprimé.

Rien n’a changé. L’histoire d’Achab avec son amour du pouvoir et de l’argent sont toujours présents. Le mépris pour les petites gens se fait ressentir. Le culte de Mammon c-a-d le dieu de l’argent est la norme de ce monde. Les chrétiens sont déconsidérés et doivent devenir transparents.

Il faut tenir ferme pendant la tempête et regarder à Jésus. Ce monde n’a rien à offrir aux élus. Les chrétiens ont tout en Christ. Bien que ce soit humain, le chrétien doit s’efforcer de ne pas céder à la peur, l’angoisse ou le désespoir.

Il peut se questionner sur son devenir terrestre mais sa fidélité à la Parole de Dieu, sa confiance en Dieu, lui permet de supporter et de dépasser toutes les crises du monde.

Si les chrétiens doivent obéir aux autorités, ils doivent se rappeler les propos des apôtres devant le Sanhedrin « Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5:29) et continuer d’annoncer la Parole de Dieu.

Que Dieu ne permette pas que le chrétien entre en tentation et finisse par succomber à l’esprit du monde.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises. Il faut rester aux pieds de Jésus comme Marie. C’est ce qui a été rappelé dans le message de la semaine dernière. C’est la bonne part qui ne sera pas ôtée au chrétien.

Frères et sœurs, comme les récabites ont fait le choix de la fidélité à l’Eternel, nous aussi, faisons le même choix. C’est un combat spirituel que nous vivons et Dieu nous a équipés en conséquence. Ne pensons pas obtenir gain de cause par la violence « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Eph. 6:12) Dieu nous ordonne de « Revêtir toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. » (Eph. 6:12)

Qu’il s’agisse du règne d’Achab ou de tout autre roi, la Parole nous enseigne que « Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. » (Ec. 1:9)

Nous croyons que Dieu est tout-puissant, qu’il est le Créateur et qu’il règne. Le prophète Esaïe le rappelle « 15 Voici, les nations sont pareilles à une goutte d’eau qui tombe d’un seau,» « 17 Toutes les nations sont devant lui comme un rien, Elles ne sont pour lui que néant et vanité. » (Es.40:15-17)

Que Dieu garde chacun d’entre nous dans ce temps d’éloignement et d’épreuve. Que la solitude n’entame pas notre foi. A cause du don de Jésus à la croix, levons les yeux vers lui, écoutons-le et élevons des paroles de reconnaissance vers l’Eternel qui prend soin de ses enfants.

A Dieu soit toute la gloire.

Amen

Partager l'article

Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur skype
Partager sur pocket
Partager sur print
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en interligne
Afficher tous les commentaires