Des prières pour tous les hommes

Le Passage que nous avons lu, n’est autre qu’une exhortation de l’apôtre Paul adressée à Timothée.

Avant d’en détailler le contenu, prenons connaissance, d’une part, du contexte de la ville dans laquelle Timothée exerce son ministère, et, d’autre part, allons à la rencontre de Timothée.

En premier lieu, que représente la ville d’Ephèse ?

Elle est l’une des 7 Eglises, mentionnée dans l’Apocalypse.

Quelle est-elle à l’époque de Paul ?

C’est une véritable métropole, un centre politique de la province romaine d’Asie, un important port de commerce et un centre religieux très réputé. 

43 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, 45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? 48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

1 Paul, apôtre de Jésus-Christ, par ordre de Dieu notre Sauveur et de Jésus-Christ notre espérance, 2 à Timothée, mon enfant légitime en la foi : que la grâce, la miséricorde et la paix, te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur ! 3 Je te rappelle l’exhortation que je te fis, à mon départ pour la Macédoine, lorsque je t’engageai à rester à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d’autres doctrines, 4 et de ne pas s’attacher à des fables et à des généalogies sans fin, qui produisent des discussions plutôt qu’elles n’avancent l’oeuvre de Dieu dans la foi. 5 Le but du commandement, c’est une charité venant d’un coeur pur, d’une bonne conscience, et d’une foi sincère. 6 Quelques-uns, s’étant détournés de ces choses, se sont égarés dans de vains discours ; 7 ils veulent être docteurs de la loi, et ils ne comprennent ni ce qu’ils disent, ni ce qu’ils affirment.

C’est à Ephèse qu’a été construit le temple de Diane – ou Artémis, en grec- la déesse vénérée par les éphésiens mais aussi dans tout l’empire romain.

Ce temple a été considéré comme l’une des 7 merveilles du monde antique. Sa 1ère construction date de 560 av. J.-C., elle a été financée par le roi Crésus, qui était très riche, comme chacun sait !

Ephèse est aussi la ville où l’Apôtre Paul a effectué un travail missionnaire fructueux, où une grande foule a été conduite à Dieu par l’Esprit de Dieu. Ephèse était l’Eglise mère des Eglises d’Asie Mineure.

Dans le livre des Actes des Apôtres, le travail missionnaire de Paul est décrit au chapitre 19. Force est de constater que la tâche n’a pas été facile pour lui et ses compagnons car Paul a dénoncé l’idolâtrie et a été confronté à une très forte opposition, notamment de la part des orfèvres qui craignaient que leurs gains obtenus avec le commerce du temple ne disparaissent, mais aussi avec le pouvoir romain et les prêtres du temple.

Contactez/suivez-nous

Voyons maintenant, en second lieu, qui est Timothée ?

Timothée est natif de Lystre Ac16.1. Sa mère est juive et son père grec.  Bien que son père soit grec, Timothée a été éduqué dans la foi juive par sa mère et sa grand-mère Loïs 2Tim1.5. C’est Paul qui a conduit Timothée au christianisme 1Tim1.2 et l’a formé afin qu’il serve le Christ. Timothée a de même accompagné Paul au cours de ses voyages missionnaires. Par la suite, Timothée a été consacré pour le ministère par les anciens ainsi que par Paul 1Tim4.14, et a été établi à Ephèse.

Lorsque Paul écrit cette lettre à Timothée pour l’encourager dans son ministère, il est prisonnier à Rome. Prisonnier et maltraité, Paul s’oublie pour l’Eglise du Christ.

Maintenant que le contexte est posé, voyons pourquoi et comment Paul veut exhorter Timothée.

En premier lieu, Paul rappelle l’importance de la prière. Dans le chapitre précédent, Paul exhorte Timothée, son enfant légitime en la foi, à enseigner les fidèles dans la Parole de Dieu. Il fustige tous les vains discours de ceux qui s’égarent.

L’enseignement de la Parole, donc de sa lecture, de son approfondissement, va de pair avec la prière, sujet traité dans le chapitre lu. Paul revient sur le sujet au chapitre 4 lorsqu’il encourage Timothée à « s’appliquer à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement » 1Tim4.13

Paul insiste afin que chacun comprenne que la prière et la lecture de la Parole sont les conditions essentielles pour être en communion avec Dieu.

Dans l’exhortation qu’il adresse à Timothée, Paul ne précise pas la forme qu’elle doit prendre. Ici, tout laisse à penser que les prières sont aussi bien celles qui sont personnelles que celles qui s’élèvent au sein de la famille ou de l’assemblée. Seul, en famille ou en Eglise, la prière doit s’élever vers Dieu.

Et Paul commence son exhortation en insistant sur un point « avant toutes choses ». La prière est le début de toutes choses. Pour décrire la prière adressée à Dieu, Paul utilise quatre termes différents.

  • Des prières: c’est élever son âme vers Dieu et le reconnaître pour ce qu’il est, le Tout-Puissant, Celui qui nous révèle sa volonté, qui nous conduit dans sa Parole.
  • Des supplications: c’est prier de manière instante et persévérante, où le chrétien supplie Dieu dans sa détresse, où il l’interpelle pour la détresse qu’il constate autour de lui, dans ce monde. C’est la prière où l’on crie à Dieu. Rappelez-vous de David qui crie à Dieu dans le Psaume 142, il se sent perdu, malheureux et supplie Dieu, son seul refuge de l’aider.
  • Des requêtes: c’est faire une demande faite en raison de ce que vit le chrétien. Elle est fonction d’un danger ou d’une menace.
  • Des actions de grâces: c’est dire toute notre reconnaissance à Dieu pour tous ses bienfaits, pour son amour et sa bonté.

 

Paul Exhorte Timothée à prier pour tous les hommes !

Tous les hommes ! Comment faire ? Que veut dire Paul lorsqu’il dit cela ? Ici, une analogie peut être faite avec la parabole du bon Samaritain dont il a été question dernièrement. Chaque être humain est notre prochain.

Il est écrit « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » « Et qui est mon prochain » ? Dans la parabole c’est celui que je rencontre, qui est dans le besoins et qui souffre.

Paul est clair et précis, des prières pour tous les hommes !

Il semble évident que Timothée et l’Eglise d’Ephèse ne peuvent prier pour chaque individu sur la planète, mais, par la grâce de Dieu, ils ne doivent exclure personne de leur prière. « Tous les hommes » sont ceux qu’ils côtoient chaque jour, c’est-à-dire, leurs voisins, leurs amis, les personnes avec lesquelles ils travaillent, leurs familles, les chrétiens de l’assemblée mais, aussi ceux qui persécutent l’Eglise d’Ephèse.

Cela fait écho aux Paroles du Christ lorsqu’Il dit : « Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » Mat5.44.

Tout comme Jésus, Paul rappelle la signification et le sens profond de la prière qui s’élève vers Dieu pour tous les hommes.

Mais, pourquoi Paul pense qu’il faut prier pour tous les hommes ?

Le Christ ne s’est-Il pas donné en rançon pour tous les hommes ? Christ a accompli le plan de salut de Dieu pour tous.

Après avoir dit tous les hommes, il ne semblait pas utile de spécifier davantage les choses. Pourtant Paul enchaîne aussitôt en disant qu’il faut aussi prier pour « les rois et tous ceux qui sont élevés en dignité ».  Ce n’est certainement pas ce que les chrétiens d’Ephèse ont à l’esprit. Le monde qui les entoure est hostile, moqueur, violent. De plus, ce ne sont pas les tyrans qui manquent.

Comme souvent, dans ce monde déchu, peu se soucient de rendre justice aux plus faibles ou aux plus pauvres. De plus, ceux qui ne rendaient pas un culte à César ou à Diane étaient exclus de la société, voire, persécutés.  

Paul va à contre-courant de ce monde et dit de prier pour « les rois et tous ceux qui sont élevés en dignité. » Nul ne doit être exclu de la prière, même ceux qui les rejettent. Rappelons-nous que Paul dit cela alors qu’il est emprisonné dans des conditions indignes à Rome, sous le règne de Néron. Paul sera exécuté quelque temps plus tard. Paul rappelle que la vie des chrétiens, si elle dépend de Christ, dépend aussi de ceux qui détiennent l’autorité. La vie paisible à laquelle tout un chacun aspire dépend des lois qui sont prises. Elles peuvent être justes mais aussi totalement iniques. L’attitude du chrétien ne doit jamais être calquée sur l’attitude du monde. Tout comme Paul, il nous faut marcher à contre-courant.

Pour cela il nous faut comprendre les deux objectifs de la prière que Paul développe.

  • Le premier  objectif: “afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté”. La Bible Semeur traduit le mot « piété » par « attachement à Dieu »

 

Ici, c’est le témoignage intérieur du Saint-Esprit qui devient un témoignage extérieur pour ceux qui nous entourent.

La prière que le chrétien élève vers Dieu pour les autorités, les dignités ou les souverains, a pour but de demander à Dieu de diriger leurs pensées, de vivre dans ce monde paisiblement.

En Jean 17, Jésus prie son Père de garder les disciples dans ce monde par le pouvoir de son nom Jn17.12, et Jésus sait aussi que le monde va les haïr Jn17.14, cela ne l’empêche pas de prier pour ceux qui croiront en Lui grâce à leur témoignage. C’est la prière du chrétien qui s’élève vers Dieu, celle que Dieu agrée, qui peut toucher les souverains de ce monde et les faire changer de politique mais surtout qu’ils soient eux-mêmes sauvés.

C’est leur conversion qui peut amener une vie paisible. C’est donc la volonté de Dieu que nous priions pour eux car Jésus est venu sauver ceux qui sont perdus.

Deux exemples précis :

  • L’Empereur Constantin. En 313, l’Edit de Milan met fin à la persécution des chrétiens. C’est la conversion de Constantin qui va conditionner le fondement de la future Europe chrétienne. Constantin est aussi l’organisateur du Concile de Nicée.
  • L’empereur chrétien, Théodose, a institué le christianisme comme religion d’état en 380 avec l’Edit de Thessalonique.

 

L’Ancien Testament montre aussi l’efficace de la prière. Le livre d’Esther annonce que le peuple Juif allait va être exterminé par les Perses.  C’est un génocide qui se dessine. Pour ce, un décret irrévocable a été promulgué par Xerxès, roi de Perse.

Que fait Esther ? Elle se résigne ? Non, elle va voir le roi, mais seulement après avoir jeûné et prié, elle et toute sa maison. Et c’est après ce temps de prière et de jeûne, qu’Esther gagne la bataille et que son peuple est sauvé.  (Je vous invité à lire et méditer ce livre d’Esther).

  • Le second objectif : C’est qu’en se révélant en Christ, notre Dieu Sauveur, veut que « tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.» 4

 

Dans son amour et sa grâce, Dieu veut conduire tous les hommes à accepter le salut qu’Il offre. Ici, c’est la portée universelle du message du salut qui est annoncée. Dieu, aussi bien dans l’AT que le NT, ne veut pas que l’homme périsse mais qu’il se repente et qu’il vive, sous-entendu, dans la Parole de Dieu, dans sa vérité. Paul tient à rappeler le message central de l’Evangile car de faux enseignants viennent troubler la paix de l’Eglise.

Le salut est associé à la connaissance de la vérité. Il n’y a pas le salut d’un côté et la connaissance de la vérité de l’autre et encore moins une autre vérité que celle que Paul et Timothée annoncent. Ici, Timothée doit défendre avec douceur mais fermeté cette vérité.

Paul dit à Timothée « Le commandement que je t’adresse, Timothée, c’est que, tu combattes le bon combat, en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l’ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. » 1Tm1.18-19

Paul met Timothée en garde contre les faux enseignants. Mais le pire, est que quelques-uns ont fait naufrage par rapport à la foi. Un combat est à mener, et ce, dans la prière. ‘’ 

Le salut que Dieu donne vient par Jésus-Christ qui a donné sa vie et qui est le seul médiateur entre son Père et nous.

C’est la grâce de Dieu qui fait naître la foi en l’homme. L’homme doit faire monter son adoration et sa reconnaissance à Dieu.

Tout autre « vérité » qui viendrait s’immiscer dans l’enseignement doit être combattue. Des faux enseignements se propageaient à Ephèse. Certains de ceux qui avaient la foi l’ont abandonnée.

Le combat que doit mener Timothée à la demande de Paul se retrouve encore aujourd’hui dans les églises du 21ème siècle.

Jusqu’à la fin, Paul a combattu le bon combat. Il a été choisi par Dieu sur le chemin de Damas et a toujours regardé à Christ. Il a été martyr à Rome.

Timothée, son fils spirituel, a aussi combattu le bon combat de la foi. Il a été martyr à Ephèse.

Soyons vigilants car ce qui est arrivé à Paul et à Timothée, puis à tant d’autres au cours des siècles passés s’est aussi produit en France au 16ème siècle.

Le 30 avril 1598, la promulgation de l’Edit de Nantes, que nous devons à Henry IV, accorde la liberté de culte aux protestants. Mais Louis XIV révoque l’édit de Nantes. L’édit de Fontainebleau, est publié le 17 octobre 1685. Moins de cent ans se sont écoulés et la liberté de culte avait été enlevée aux protestants (d’où la guerre de religion dans notre pays).

Tous, nous désirons vivre paisiblement, dans la paix. Mais comme Jésus nous l’a dit, la haine du monde est notre lot. Jésus ne nous a pas laissés orphelins, il nous a donné le Saint-Esprit.

L’élément clé de la prière, c’est de comprendre que Jésus-Christ rend toute chose possible y compris dans des situations défavorables.  

Jésus a proclamé que la maison de Dieu est une maison de prière. La maison de Dieu, dans la Nouvelle Alliance, c’est nous.

Que devons-nous faire au regard de tout ce qui s’est dit ?

Si nous sommes la maison de Dieu, nous devons prier et recevoir l’enseignement de la Parole qui est vérité. Nos prières doivent concerner tout un chacun. Que nous soyons seuls, en famille ou en Eglise, nos prières, nos supplications, nos requêtes et nos actions de grâces doivent s’élever vers Dieu. Nous devons nous appliquer à la lecture, à l’exhortation et l’enseignement.

Dans sa grâce, Dieu nous a donné tout « l’équipement » dont nous avons besoin, rien ne manque pour le combat.

Aussi, prions pour tous les hommes, pour nos gouvernants nationaux, régionaux, départementaux ou locaux et vivons dans la paix de Dieu.

Si Christ est mort pour tous les hommes, nous devons prier pour tous les hommes.

A Dieu seul soit toute la gloire,

Amen.

Partager l'article

Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur skype
Partager sur pocket
Partager sur print
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en interligne
Afficher tous les commentaires