Engagement et Vision

Les deux textes de Jérémie que nous avons lus appartiennent au « sermon du Temple » qui a été prononcé en 609.

Le ministère prophétique de Jérémie a débuté sous le règne du roi Josias, roi de Juda. Josias a régné, dès l’âge de 8 ans, de 640 à 609. Ce roi a entrepris une grande réforme, en 628, à l’âge de 20 ans, afin que le peuple revienne à l’Eternel de tout son cœur. Il est probable que Jérémie ait participé à cette réforme. Josias et Jérémie étaient presque du même âge, Jérémie est né en 645 et Josias en 648 avant Jésus-Christ. Josias meurt au combat dans la vallée de Meguiddo en 609, à 41 ans. Son fils Yoahaz lui succède. Il est emmené captif en Egypte suite à un combat entre Babyloniens et Egyptiens. Yehoyaquim, son frère, le remplace la même année. Yehoyaquim est un roi infidèle à l’Eternel. La réforme de Josias apparait dès lors comme insuffisante, superficielle et l’idolâtrie resurgit avec l’injustice sociale et la corruption.

Comme le dit l’Ecclésiaste, il n’y a rien de nouveau sous le soleil !

1 Voici la parole adressée à Jérémie par l’Eternel.

2 « Tiens-toi à la porte de la maison de l’Eternel, et là tu proclameras cette parole, tu diras : ‘Ecoutez la parole de l’Eternel, vous tous, Judéens, vous qui entrez par ces portes pour adorer l’Eternel ! ‘3 Voici ce que dit l’Eternel, le maître de l’univers, le Dieu d’Israël : Corrigez votre conduite et votre manière d’agir, et je vous laisserai habiter ici. 4 Ne vous fiez pas aux paroles trompeuses qui prétendent : ‘C’est ici qu’est le temple de l’Eternel, le temple de l’Eternel, le temple de l’Eternel ! ‘
5 » Si vraiment vous corrigez votre conduite et votre manière d’agir, si vraiment vous faites justice aux uns et aux autres, 6 si vous n’exploitez pas l’étranger, l’orphelin et la veuve, si vous ne versez pas le sang innocent dans cet endroit et si vous ne vous tournez pas vers d’autres dieux pour votre malheur, 7 alors je vous laisserai habiter ici, dans ce pays que j’ai donné à vos ancêtres depuis toujours et pour toujours.

8 » Mais voici que vous vous fiez à des paroles trompeuses qui ne servent à rien. 9 Quoi! Vous vous permettez de voler, tuer, commettre des adultères, prêter serment de façon hypocrite, faire brûler de l’encens en l’honneur de Baal, suivre d’autres dieux que vous ne connaissez pas, 10 puis vous venez vous présenter devant moi, dans ce temple auquel mon nom est associé, et vous dites : ‘Nous avons été délivrés’ ! Et c’est pour commettre toutes ces horreurs ! 11 Est-il à vos yeux une caverne de voleurs, ce temple auquel mon nom est associé ? Moi-même, je constate que tel est le cas, déclare l’Eternel.

12 » Allez donc à l’endroit qui m’était consacré à Silo, là où j’avais fait en premier résider mon nom, et voyez ce que j’en ai fait à cause de la méchanceté de mon peuple, d’Israël ! 13 Et maintenant, puisque vous avez commis tous ces actes, déclare l’Eternel, puisque je vous ai parlé et reparlé, inlassablement, et que vous n’avez pas écouté, puisque je vous ai appelés et que vous n’avez pas répondu, 14 je traiterai le temple auquel mon nom est associé, auquel vous vous fiez, et l’endroit que je vous ai donné, à vous et à vos ancêtres, de la même manière que j’ai traité Silo : 15 je vous chasserai loin de moi, comme j’ai chassé tous vos frères, toute la descendance d’Ephraïm.

1 Au début du règne de Jojakim, fils de Josias, sur Juda, cette parole fut adressée à Jérémie par l’Eternel : 2 « Voici ce que dit l’Eternel : Tiens-toi dans le parvis de la maison de l’Eternel et dis à ceux qui viennent de toutes les villes de Juda pour se prosterner dans la maison de l’Eternel toutes les paroles que je t’ordonne de leur dire. N’en oublie aucune. 3 Peut-être écouteront-ils et renonceront-ils chacun à leur mauvaise conduite. Alors je n’accomplirai pas le mal que j’avais prévu de leur faire à cause de la méchanceté de leurs agissements. 4 Tu leur diras : ‘Voici ce que dit l’Eternel : Si vous ne m’écoutez pas, si vous refusez de suivre ma loi, celle que j’ai mise devant vous, 5 si vous refusez d’écouter les paroles de mes serviteurs les prophètes, ceux que je vous envoie, que je vous envoie inlassablement mais que vous n’écoutez pas, 6 alors je traiterai ce temple comme Silo et je ferai de cette ville un objet de malédiction pour toutes les nations de la terre.’ »

45 Jésus entra dans le temple et se mit à en chasser les marchands. 46 Il leur dit : « Il est écrit : Mon temple sera une maison de prière, mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. »
47 Il enseignait tous les jours dans le temple. Les chefs des prêtres, les spécialistes de la loi et les chefs du peuple cherchaient à le faire mourir ; 48 mais ils ne savaient pas comment s’y prendre, car tout le peuple l’écoutait, suspendu à ses lèvres.

9 Il se mit ensuite à dire cette parabole au peuple : « Un homme planta une vigne, la loua à des vignerons et quitta pour longtemps le pays. 10 Le moment venu, il envoya un serviteur vers les vignerons pour qu’ils lui donnent sa part de récolte de la vigne. Mais les vignerons le battirent et le renvoyèrent les mains vides. 11 Il envoya encore un autre serviteur ; ils le battirent lui aussi, l’insultèrent et le renvoyèrent les mains vides. 12 Il en envoya encore un troisième, mais ils le blessèrent aussi et le chassèrent. 13 Le maître de la vigne se dit alors : ‘Que faire? J’enverrai mon fils bien-aimé, peut-être [en le voyant] auront-ils du respect pour lui.’14 Mais quand les vignerons le virent, ils raisonnèrent entre eux et dirent : ‘Voilà l’héritier. Tuons-le, afin que l’héritage soit à nous.’15 Ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Maintenant, que leur fera donc le maître de la vigne ? 16 Il viendra, fera mourir ces vignerons et donnera la vigne à d’autres. »

En entendant cela, ils dirent : « Certainement pas ! » 17 Mais Jésus jeta les regards sur eux et dit : « Que signifie donc ce qui est écrit : La pierre qu’ont rejetée ceux qui construisaient est devenue la pierre angulaire ? 18 Toute personne qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. » 19 Les chefs des prêtres et les spécialistes de la loi cherchèrent à l’arrêter au moment même, mais ils redoutaient les réactions [du peuple]. Ils avaient compris que c’était pour eux que Jésus avait dit cette parabole.

Comme nous l’avons lu, Jérémie interpelle le peuple superstitieux qui met sa confiance dans le Temple et non en l’Eternel.

Le peuple se rend auprès de Dieu alors qu’il se souille auprès de Baal.

Ils se croient en sécurité. Dieu les prévient de son jugement s’ils ne changent pas.

Dieu interpelle son peuple par deux questions :

  • La première est de savoir si le Temple de DIEU est « une caverne de brigands ou une maison de prière ? ».
  • La seconde est « peut-être écouteront-ils ; peut-être auront-ils du respect ? »

 

La réponse du peuple définit sa vision de Dieu et son engagement envers lui.

Contactez/suivez-nous

De fait, une autre question se pose:

  • Est-ce la vision de DIEU qui définit l’engagement ou est-ce l’engagement pour DIEU qui définit la vision ?

Ici, ce qui apparait clairement est que la vision du peuple de Juda est erronée et, de ce fait, son engagement s’en trouve faussé, pour ne pas dire inconsistant, inexistant.

L’accueil fait à DIEU est aussi fonction de la vision que Juda a de lui-même, de la place que le roi, sa cour et les religieux désirent s’octroyer, s’approprier.

En fait, aucun ne cherche à prendre la place que DIEU a préparée dans son plan d’amour divin.

Pourtant, le texte montre que tous viennent au Temple, qu’ils se prosternent devant DIEU. N’ont-ils pas une attitude pieuse ? Cette attitude semble conforme aux attentes … mais aux attentes de qui ? De DIEU ou des hommes ?

Il est clair que ces hommes n’ont que l’apparence de la piété. N’est-ce pas là la différence entre l’être et le paraître ? DIEU envoie son prophète dénoncer l’hypocrisie de ces hommes.

Yehoyaquim, avec les chefs religieux et le peuple, est en opposition constante avec le message que Jérémie délivre de la part de l’Eternel.

DIEU leur dit « réformez vos voies et vos œuvres ! » Jr7. 3 DIEU dénonce les espérances trompeuses de ce peuple, la fausse foi, le faux culte, la fausse miséricorde.

Par deux fois DIEU dit qu’il laissera son peuple demeurer dans ce lieu (V.3 & 7) si, et seulement si, il change d’attitude, de comportement.

DIEU ne se lasse pas d’appeler au changement de comportement, à la repentance, au demi-tour intérieur.

Tout au long de la Bible, DIEU dénonce le cœur de l’homme qui est tortueux.

DIEU avertit du jugement à venir si les voies et les œuvres de tels hommes ne sont pas réformées ! Pire, ces hommes qui invoquent le nom de l’Eternel n’ont aucune idée de la sainteté de DIEU.

DIEU fustige la foi déformée, mais non réformée, de leurs cœurs car en venant au Temple ils se croient délivrés et en sécurité alors qu’ils sont captifs de leurs passions et souillent par leur présence le Temple de DIEU.

Tout comme DIEU a détruit, à cause de la méchanceté, la ville de Silo, où son nom était consacré, il dit qu’il fera de même si aucun changement visible n’a lieu.

DIEU est amour ET il est justice. Ceux qui se servent de son nom pour leur propre gloire courent au désastre dans ce monde ci et dans le monde à venir.

Nous savons que le peuple de Juda a été déporté en 586/587 et a crié à l’Eternel, qui, dans sa grâce et son amour a rétabli son peuple et l’a ramené dans la terre que DIEU lui avait donnée en 539, près de 50 ans, après la déportation.

Il est parfois difficile d’entendre ce que DIEU nous dit l’Ancien Testament. Le Nouveau nous parait plus doux, plus acceptable.

Pourtant, les deux testaments présentent le même Dieu. Il est écrit que « DIEU est le même hier, aujourd’hui, et éternellement » Hé13.8

Jérémie questionnait le peuple de la part de l’Eternel ainsi «  Est-elle à vos yeux une caverne de voleurs, cette maison sur laquelle mon nom est invoqué? » Jr7.11  En Luc 19, Jésus reprend les propos du prophète Jérémie et dit «  Il est écrit: Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. » (v.46) DIEU ne change pas !

Ce que DIEU dénonce dans l’AT, il le dénonce de même dans le NT. Pourquoi ? Pace que le cœur de l’homme n’a pas changé. Jésus seul peut changer le cœur de l’homme par sa sainte présence.

Par Jérémie, Dieu dénonce  le peuple qu’il a choisi, qu’il aime, qu’il a conduit, car ce peuple s’est détourné de lui pour suivre des dieux étrangers qui ne voient pas et ne parlent pas. Comment est-ce possible ?

Dieu dénonce la violence, l’injustice et la corruption. Le Temple dans lequel est invoqué son nom est souillé. Le Temple est souillé, la ville est souillée, le pays est souillé, le peuple est souillé.

Quid de la réforme de Josias ?

Le peuple a obéi « extérieurement » mais non « intérieurement ». DIEU dira d’un tel peuple qu’il l’honore des lèvres mais que son cœur est éloigné de lui. Mc7.6

Avec la mort de Josias, la réalité des cœurs idolâtres se révèle au grand jour.

Or, pour obéir à DIEU « intérieurement », il est nécessaire que la prière soit associée à l’approfondissement et à la compréhension spirituelle de la Parole de DIEU. C’est alors que se produit une vision chaque jour plus juste de DIEU et conduit à un engagement plus intense.

Jésus peut avoir des paroles dures à entendre mais nécessaires pour que le cœur de l’homme soit interpellé, pour que sa piété ne soit cantonnée à l’extérieur mais réside à l’intérieur.  

Jésus dit : « La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle? 18 Quiconque tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. »

Jésus n’est pas venu pour tenir des propos mièvres pour plaire à l’homme pécheur. Jésus est venu pour accomplir la volonté de son Père, pas la sienne et encore moins la nôtre. Il est venu faire connaître aux hommes la Vérité de DIEU son Père, la vérité qui conduit au salut.

Dans le NT, Jésus interpelle souvent les chefs du peuple, (sacrificateurs, scribes, sadducéens, pharisiens), c’est-à-dire ceux qui sont chargés de conduire et d’enseigner le peuple dans la vérité, dans la voie de DIEU. Que leur dit-il ?

Voici deux paroles de Jésus qui se trouvent en Matthieu 23 et qui disqualifient les pharisiens et les scribes qui connaissent la Loi, sont capables de l’expliquer intellectuellement, de l’imposer, mais ne la mettent pas en pratique parce qu’ils n’ont pas la compréhension spirituelle et la crainte due à DIEU.

Je cite :

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la Loi, la justice, la miséricorde et la fidélité: c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. » Mt23.23
« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. » Mt23.27

Jésus savait ce qui était dans le cœur de ces hommes qui recherchaient des places de choix, une reconnaissance, une notoriété, une réputation. Mais la vérité, la vie de la Parole de DIEU, n’était pas dans leurs cœurs, ce qui fera dire à Jésus une parole encore plus dure « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. » Jn8.44

Comme on peut s’en apercevoir, le Nouveau Testament comporte des passages aussi difficiles à entendre que l’Ancien Testament. La Parole de DIEU est indissociable, on ne peut la scinder. Elle est un tout de la Genèse à l’Apocalypse. Mais il y a toujours un message d’espérance pour celui qui se repent.

En effet, dans cette parabole, comme dans d’autres, le propriétaire quitte le pays pour un long moment. Jésus montre que DIEU donne toujours du temps à l’homme pour qu’il prenne conscience de son besoin de changement, de son besoin de repentance.

  • DIEU nous a choisis de toute éternité.
  • DIEU nous appelle à le suivre et à porter du fruit.
  • DIEU nous donne le temps de nous retourner, de nous engager.
  • DIEU sait que nous avons besoin de saisir ce qu’il attend de nous. Nous avons besoin d’une vision claire, d’une compréhension.

 

Si nous désirons nous engager, Jésus nous dit « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. » Lc9.23 il ajoute, « Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suis pas, ne peut être mon disciple. » Lc14.27 ou bien « n’est pas digne de moi. » Mt10.38

L’engagement auquel Christ nous appelle est clair. Il ne nous appelle pas avec une vision faussée de l’engagement. Il ne propose pas une vision édulcorée de l’engagement mais une vision où un prix est à payer : l’abandon de son « MOI ».

Cela signifie que l’on ne peut être membre du corps de Christ tout en restant imprégné de la pensée du monde, car, soit nous marchons dans la lumière, soit nous marchons dans les ténèbres. Jésus dit « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » Jn8.12

DIEU connait toute chose, il connait les cœurs. Pourtant, aussi bien en Jérémie que dans la parabole il est dit  « Peut-être écouteront-ils et renonceront-ils à leur mauvaise conduite » et « J’enverrai mon fils bien-aimé; peut-être auront-ils pour lui du respect. »

Ces deux « peut-être » nous rappelle que nous sommes des créatures responsables. Nous avons été rendus capables de faire des choix. DIEU nous dit de lui demander la sagesse et le discernement et qu’il nous les donnera. 

Les textes que nous avons lus dans l’AT et dans le NT, nous appelle à un positionnement clair. Pour qui marchons-nous ? Qui désirons-nous servir ? Qui est notre Maître ?

La Bible nous dit « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » Mt6.24

Choisissons-nous la lumière ou les ténèbres ? Nous avons vu avec Jérémie que ceux qui entraient dans le Temple croyaient être dans la lumière alors que DIEU leur dit expressément qu’ils sont dans les ténèbres.

Si notre confiance est en DIEU, et en DIEU seul, nous le laisserons mettre à la lumière nos péchés, nos manquements, c’est à dire notre « MOI » qui a besoin d’être réformé. Nous prendrons conscience de notre manque de sainteté. Alors, nous nous repentirons avec un cœur sincère et DIEU nous pardonnera, nous restaurera, nous rétablira. Tous, nous sommes pécheurs, tous, nous avons besoin de repentance, à des degrés différents, bien sûr, car, sur le chemin qui mène au Père, nous ne sommes pas tous au même endroit, chacun avance de manière différente.

Tous, cependant avons accès au trône de la grâce. La Parole nous dit « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » Hé4.16

Notre confiance ne peut être placée qu’en DIEU seul. C’est lui qui a tout créé, c’est lui qui nous a donné la vie et la vie en abondance. C’est encore lui qui nous comble des bénédictions de l’Esprit dans le monde céleste qui toutes sont en Christ. Eph.1

DIEU nous aime et nous appelle avec tendresse, avec bienveillance. Il nous montre, sans se lasser, avec une grande patience, le chemin qui conduit au salut, à la vie éternelle.

Ecoutons encore « cette Parole et certaine et digne d’être reçue : le Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs » 1Tim1.15

 

Une première conclusion.

Il nous faut répondre à la question de savoir si notre vision dépend de notre engagement ou bien si notre engagement dépend de notre vision.

J’ai envie de vous répondre : les deux.

Si Jésus donne à tout disciple une vision claire de l’engagement, c’est-à-dire, que pour le suivre, il faut renoncer à soi-même, à son « moi » orgueilleux, il montre aussi que de tout engagement dépend d’une vision grandissante, qui s’enracine dans la Parole de Vérité.

Engagement et vision sont donc interdépendants.

S’il est vrai que nous ne pouvons, nous engager sans vision, toute vision a besoin d’être affinée au fil du temps. Il est impossible de comprendre au premier jour de notre appel ce que Jésus attend de nous pour la suite des jours. Nous ne pouvons connaître que la vision majeure, ou première de notre engagement.

Aussi, avec le psalmiste, David, chacun peut dire avec le Psaume 119 :

« 33 Ô Eternel, enseigne-moi le chemin de tes ordonnances, et je le suivrai jusqu’au bout. 34 Donne-moi du discernement et j’obéirai à ta Loi ; je la suivrai de tout mon cœur. 35 Fais-moi marcher sur le sentier de tes commandements 57 Mon lot, ô Eternel, je le redis, c’est d’obéir à ta parole. 105 Ta parole est comme une lampe qui guide tous mes pas, elle est une lumière éclairant mon chemin. 112 J’ai pris la décision d’obéir à tes lois constamment, pour toujours. 130 Quand on découvre tes paroles, c’est la lumière : et les gens sans détour y trouvent le discernement. »

Concluons avec les trois premiers versets du Psaume 119 qui sont des béatitudes :

« 1 Heureux les hommes qui ont une conduite intègre et suivent dans leur vie la Loi de l’Eternel. 2 Heureux les hommes qui suivent ses préceptes et cherchent à lui plaire de tout leur cœur. 3 Ils ne commettent pas le mal, ils suivent les chemins que Dieu leur a tracés. »

A DIEU soit la gloire dès maintenant et pour l’éternité. 2Pi3.18

Amen.

Partager l'article

Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur skype
Partager sur pocket
Partager sur print
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en interligne
Afficher tous les commentaires