Le Créateur est glorieux

J’ai actuellement une discussion avec Youtubeur (créateur de chaine) qui est un sceptique (Zététicien) quelqu’un qui doute et qui veut avoir une démarche logique et rationnelle pour accéder à la vérité. Dans l’une de ses vidéos il affirme ceci : Pas de preuves = pas de raisons de croire ! Être rationnel c’est indexer ses croyances sur ses connaissances (scientifiques).

C’est une chose que nous présupposons tous : pour croire en une chose il nous faut de bonnes raisons, des preuves… mais cette affirmation n’est pourtant pas vrai ! Car il y a des choses qu’on accepte/croit sans pour autant avoir de preuves de leur existence : l’existence du monde extérieur et des lois de la logique par exemple… Pourtant on est rationnel de penser que le monde extérieur existe.

Par ailleurs, il y a de très bonnes raisons en faveur de l’existence de Dieu. Dieu se révèle par exemple à tous les hommes par Sa Création : c’est l’un des aspects de la Révélation Générale accessible à tous.

Et c’est ce que nous allons voir dans la première du Psaumes 19 de David.

1 Au chef de chœur. Psaume de David.

2 Le ciel raconte la gloire de Dieu et l’étendue révèle l’œuvre de ses mains. 3 Le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne connaissance à une autre nuit. 4 Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles, on n’entend pas leur son. 5 Cependant, leur voix parcourt toute la terre, leurs discours vont jusqu’aux extrémités du monde où il a dressé une tente pour le soleil. 6 Et le soleil, pareil à un époux qui sort de sa chambre, s’élance dans la course avec la joie d’un héros ; 7 il se lève à une extrémité du ciel et termine sa course à l’autre extrémité : rien n’échappe à sa chaleur.

8 La loi de l’Éternel est parfaite, elle donne du réconfort ;le témoignage de l’Éternel est vrai, il rend sage celui qui manque d’expérience. 9 Les décrets de l’Éternel sont droits, ils réjouissent le cœur ; les commandements de l’Éternel sont clairs, ils éclairent la vue. 10 La crainte de l’Éternel est pure, elle subsiste pour toujours ; les jugements de l’Éternel sont vrais, ils sont tous justes. 11 Ils sont plus précieux que l’or, que beaucoup d’or fin ; ils sont plus doux que le miel, même le miel qui coule des rayons.

12 Ton serviteur aussi est éclairé par eux ; pour celui qui les respecte, la récompense est grande. 13 Qui discerne ses erreurs ? Pardonne-moi celles que j’ignore. 14 Préserve aussi ton serviteur du sentiment d’orgueil : qu’il ne domine pas sur moi ! Alors je serai intègre, je ne commettrai pas de grands péchés. 15 Fais bon accueil aux paroles de ma bouche et aux sentiments de mon cœur, Éternel, mon rocher, toi qui me rachètes !

En lisant ce psaume la première chose qui nous frappe c’est sa tonalité, c’est un texte poétique, évidemment c’est un psaume ! En 15 versets, David, l’auteur du Psaume 19, nous présente deux facettes de Dieu : le Dieu qui est créateur de l’univers et en même temps qui est un Dieu personnel, qui instaure une alliance, une relation de proximité et d’intimité avec sa créature, jusqu’à recevoir d’elle le murmure de son cœur (v. 15) – Citation de Micaël Razzano dans La Science est pour Dieu.

Ce Dieu tout-puissant et personnel à la fois, se révèle aux hommes de deux manières. On parle parfois des deux Livres de la Révélation de Dieu :

  1. Il se révèle d’abord par sa création ce qui correspond à la première partie du psaume, la plus longue (v. 2-7), c’est la Révélation Générale de Dieu : le ciel (v2), le jour et la nuit (v3), la terre et du monde (univers) (v5), du soleil (v5, 6 et7).
  2. Ensuite il est question de la Parole de Dieu. La parole écrite et transmise, du v8 à 11. C’est la Révélation spéciale de Dieu.
  3. Du v12-15 David mentionne l’effet de cette Loi sur lui. Il y apparaît introspectif : il est touché par la révélation écrite de Dieu. Il prie.

 

En choisissant de se révéler, Dieu cherche à instaurer une relation avec sa créature. Sa révélation n’est pas neutre. Elle n’est pas sans conséquence pour nous. Elle nous engage d’une manière ou d’une autre.

Aujourd’hui, avec la première partie de ce psaume, observons comment Dieu se révèle d’abord de manière Générale, à tous, par sa création. Et à l’occasion d’un autre culte j’aborderai la deuxième partie de ce Psaumes, la révélation spéciale de Dieu, sa loi, sa parole.

Contactez/suivez-nous

De la Révélation Générale, accessible à tous, David en présente surtout sa dimension céleste : le ciel, et l’étendue (càd le firmament), puis le soleil et sans pour autant oublier la terre qui est mentionnée au v5.

« Ciel » et « étendue » signifient la même chose : l’étendue céleste (cf. Gen 1v6-8 et 14-17).

6 Dieu dit : « Qu’il y ait une étendue entre les eaux pour les séparer les unes des autres ! » 7 Dieu fit l’étendue et sépara ainsi l’eau qui est au-dessous de l’étendue de celle qui est au-dessus. Cela se passa ainsi. 8 Dieu appela l’étendue ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le deuxième jour. Gen 1v6-8

14 Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel pour séparer le jour de la nuit ! Ils serviront de signes pour marquer les époques, les jours et les années, 15 ainsi que de luminaires dans l’étendue du ciel pour éclairer la terre. » Et cela se passa ainsi : 16 Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand pour présider au jour et le plus petit pour présider à la nuit. Il fit aussi les étoiles. 17 Dieu les plaça dans l’étendue du ciel pour éclairer la terre Gen 1v14-17

Créées pour la Gloire de Dieu (v2)

Il y a ici une personnification : le fait de prêter un caractère humain (la parole) à une chose. Le ciel en situation de communication avec le monde.

Omniprésence du champ lexical de la communication verbale : raconte, instruis, donne connaissance, langage, des paroles, leur son, leur voix, leurs discours.

Le ciel est présenté comme une réalité créée : l’œuvre de ses mains. Une réalité créée par Dieu pour lui rendre gloire. « Le ciel raconte la gloire de Dieu. » (v2).

Le ciel nous communique quelque chose de manifeste, de vrai, d’officiel, une réalité évidente…

Il raconte la gloire de Dieu : càd la splendeur de Dieu, la majesté, l’éclat, la beauté, la magnificence, la grandeur de Dieu.

Un récit perpétuel et permanent (v3)

Le ciel transmet un message, qui est véhiculé par les jours et les nuits qui se suivent avec alternance. C’est ici la notion du temps qui passe.

La distinction entre la lumière du jour et l’obscurité de la nuit reprend également celle du récit de la Genèse où Dieu crée en séparant. Il n’y a pas de confusion entre le jour et la nuit : « Le jour en instruis un autre jour et la nuit en donne connaissance à une autre nuit » (v3).

C’est comme dans le jeu du bouche à oreille, sauf qu’ici le message est transmis fidèlement et n’est pas déformé. Depuis la création, ce message est véhiculé, jour après jour, et nuit après nuit : Dieu le créateur est Glorieux !!!

Une proclamation silencieuse et sans parole (v4-5)

Il y a ici le paradoxe : celui d’un récit silencieux et sans parole. La création raconte, instruis (v2). Elle transmet la connaissance (v3). Elle fait même entendre sa voix (v5).

Mais elle le fait sans parole, sans discours, de manière silencieuse comme il est dit au v4 : « on n’entend pas leur son. »

En effet, et nous en faisant tous l’expérience, il suffit de la contempler la création pour admirer la gloire de Dieu. Car c’est bien là son témoignage : « Tous les cieux proclament combien Dieu est glorieux, l’étendue céleste publie l’œuvre de ses mains » (v2 Bible Semeur).

Cette même idée de proclamation silencieuse est exprimée par Saint-Augustin l’un des Pères de l’Eglise : Le monde lui-même par l’ordre de ses révolutions et la constance de ses vicissitudes (changements), par la beauté de tous les objets visibles, proclame en silence qu’il a été créé, et n’a pu l’être que par un Dieu ineffablement et invisiblement beau.

Au début de son épître aux Romains, l’apôtre Paul développe cette même vérité lorsqu’il dit : 19 car ce qu’on peut connaître de Dieu est évident pour eux (les hommes), puisque Dieu le leur a fait connaître. 20 En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient depuis la création du monde, elles se comprennent par ce qu’il a fait. (Rom. 1v19-20)

En présentant la création comme « l’œuvre des Mains du créateur », David signifie d’emblée que Dieu est bien le Créateur de l’univers, celui qui l’a façonné de ses mains. La création tout entière le témoigne. Elle parle d’elle-même et son témoignage est suffisamment éloquent. Sa simple existence est proclamation. Toute la création autour de nous, nous parle de Dieu et nous invite à nous ouvrir à lui.

Paul poursuit en précisant qu’Ils sont donc inexcusables, 21 puisque tout en connaissant Dieu, ils ne lui ont pas donné la gloire qu’il méritait en tant que Dieu et ne lui ont pas montré de reconnaissance. (Rom. 1v20-21)

Ceux qui refusent d’honorer, de respecter et rendre gloire à Dieu sont inexcusables. La révélation générale qui proclame la Gloire de Dieu est suffisante pour ôter toute excuse à celui qui revendiquerait le droit à l’ignorance pour justifier son refus de Dieu. L’homme n’a aucune excuse à présenter à Dieu. Personne ne pourra dire « je ne savais pas ».

Une révélation Universelle (v. 5)

Son message, le Ciel, le destine à la terre, elle en est le destinataire.

Les versets 5 et 6 soulignent la dimension universelle et incontournable de la révélation générale de Dieu. Elle est universelle car « elle parcourt toute la terre », et va « jusqu’aux extrémités du monde » (« tout l’univers ») (v5). Toute la Terre est concernée. Ce message est  incontournable comme est la chaleur que produit les rayons du soleil et à laquelle rien n’échappe (v. 6).

Un témoin rayonnant (5-7)

Après avoir parlé des cieux, il est logique pour David de mentionner le soleil. En effet, il est dans le ciel. Il contribue donc lui aussi à cette communication ! Il est le témoin le plus rayonnant de la gloire de Dieu. Et nous les savons bien c’est par son mouvement apparent qu’a lieu l’alternance du jour et de la nuit. Ou plutôt par le mouvement de la terre sur elle-même (sa rotation) et autour du soleil (sa révolution). On assiste ici à un passage de témoin entre la communication du ciel et la course du soleil. 

Le soleil est un acteur singulier de ce spectacle cosmique. C’est un acteur en mouvement : v6 il sort (comme un époux de sa chambre), (v6) s’élance dans la course (avec la joie d’un héros), (v7) se lève et (v7) termine sa course. C’est un acteur certes, mais qui joue son rôle sous la direction de Dieu. Dieu est Directeur et Metteur en scène du Spectacle Céleste. En effet, Dieu s’implique personnellement en dressant lui-même une tente pour le soleil. Dieu lui assigne une place dans le ciel. Dieu préside à sa destinée et par voie de conséquence à celle de toute la création.

Nous sommes bien loin du dieu soleil, adoré par les nations païennes dans l’Antiquité. On adorait les astres, le soleil en particulier, en leur prêtant le pouvoir de gouverner le destin des hommes. Aujourd’hui, l’astrologie présente des similitudes avec ces croyances antiques. On ne retrouve rien de tout cela dans la perspective biblique ! Bien au contraire ! Ici, l’astre du jour dépend entièrement de Dieu qui établit les règles et fixe son parcours. 

Ici une mise en garde importante doit être faite. On la retrouve lors de l’Alliance au mont Sinaï. Lorsque Dieu est descendu du Ciel sur la terre pour communiquer Sa loi à son peuple (Exode 19-20).

Exode 19v16,18 16 Le matin du troisième jour, il y eut des coups de tonnerre, des éclairs et une épaisse nuée […]18 Le mont Sinaï était tout en fumée parce que l’Eternel y était descendu au milieu du feu. Cette fumée s’élevait comme la fumée d’une fournaise et toute la montagne tremblait avec violence. 

Exode 20v1-6 et 18 1 Alors Dieu prononça toutes ces paroles : 2 « Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir d’Egypte, de la maison d’esclavage. 3 » Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. 4 » Tu ne te feras pas de sculpture sacrée ni de représentation de ce qui est en haut dans le ciel, en bas sur la terre et dans l’eau plus bas que la terre. 5 Tu ne te prosterneras pas devant elles et tu ne les serviras pas, car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux.

[…] 18 Tout le peuple entendait les coups de tonnerre et le son de la trompette et voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait et se tenait à bonne distance.

C’est un épisode de communication claire et nette, entre le Créateur et l’homme : Dieu donne sa Loi à son peuple. C’est le sujet de la deuxième partie du Psaumes que nous aborderons une autre fois.

Aucune confusion n’est donc possible entre Dieu et Sa création.

La métaphore nuptiale v6a

Au début du verset 6 où le soleil est comparé à un époux qui sort de sa chambre. Cela exprime la dimension festive de la révélation générale. Il y a de la joie et de la vie. La présence rassurante et réconfortante du soleil qui réchauffe, sont au cœur de l’intention divine. Or on sait combien cette présence est indispensable à la vie sur terre.

Mais nous savons bien que la création tout entière est affectée par les conséquences de la chute. Comme le précise l’apôtre Paul dans l’épître aux Romains : 20 En effet, la création a été soumise à l’inconsistance, non de son propre gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise. 21 Toutefois, elle a l’espérance d’être elle aussi libérée de l’esclavage de la corruption pour prendre part à la glorieuse liberté des enfants de Dieu. (Rom. 8v20-21)

Sur la terre nous sommes régulièrement témoins des conséquences de la chute de l’homme sur la création : Dérèglement climatique, réchauffement, tsunamis, ouragans, tremblement de terre, animaux en voie de disparition (ou déjà disparus), marée noire, virus, pandémie… La création a effectivement été soumise à l’inconsistance.

Conclusion

Toutes ces mauvaises nouvelles peuvent saper notre moral. Elles peuvent également nous conduire à blâmer le Créateur. Dieu ou es-tu ? C’est est d’autant plus vrai lorsque nous sommes directement touchés par les circonstances de la vie. Cela peut parfois nous conduire à nous éloigner de Dieu ou à Lui en vouloir. Comme Job face à la souffrance, il peut nous arriver de parfois faire des reproches à Dieu. L’Eternel répond à Job en décrivant l’œuvres de ses mains et le questionne.

Job 38v4-5 4 » Où étais-tu quand j’ai fondé la terre ? Déclare-le, puisque tu es si intelligent ! 5 Qui a fixé ses dimensions ? Tu le sais, n’est-ce pas ? Ou qui a déplié le ruban à mesurer sur elle ?

Job 42v3, 5-6 ‘Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles qui me dépassent et que je ne connais pas. […] 5 Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t’a vu. 6 C’est pourquoi je me condamne et je reconnais mes torts sur la poussière et sur la cendre. »

Avec humilité et face à la grandeur de Dieu Job reprend sa place de créature devant son Créateur. Et Dieu le réhabilite totalement dans les différents aspects de sa vie.

En choisissant de se révéler, Dieu cherche à instaurer une relation personnelle avec nous. Comme nous l’avons vu, sa révélation, n’est pas neutre. Elle n’est pas sans conséquence pour nous. Elle nous engage. Comme l’a dit Paul : l’homme n’a aucune excuse à donner !

Ce qui est extraordinaire, c’est que notre Dieu ne s’est pas contenté de créer l’Univers en restant au ciel bien loin de nous. Non, il est venu jusqu’à nous, quittant la Gloire de Son Ciel, comme le dit ce beau chant (Roi serviteur). En effet, Dieu est entrer dans l’espace et le temps qu’Il a lui-même créé.

James IRWIN, un astronaute américain, l’un des 12 hommes qui ont marché sur la lune a dit ceci :  » La plus grande chose dans l’histoire de l’humanité, ce n’est pas l’homme qui a marché sur la lune, mais c’est Dieu qui a marché sur la terre en la personne de Jésus-Christ. « 

Jésus-Christ est venu jusqu’à nous, donnant Sa vie pour nous sauverIl a été crucifié sur une croix, dans un lieu bien précis de notre planète Terre, sur le mont du Calvaire, et à une époque bien précise de notre Histoire, il y a 2000 ans. Et comme nous l’avons vu la semaine dernière Dieu l’a ressuscité ! C’est également notre espérance ainsi que celle de la création toute entière : Romains 8v18-19 18 J’estime que les souffrances du moment présent ne sont pas dignes d’être comparées à la gloire qui va être révélée pour nous. 19 De fait, la création attend avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.

Notre part à nous, créatures, est d’honorer notre Dieu avec humilité, de le Respecter et de Lui Rendre toute la Gloire qu’Il mérite en tant que Créateur de l’Univers, avec un cœur sincère et vrai. 

Amen.

Partager l'article

Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur skype
Partager sur pocket
Partager sur print
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en interligne
Afficher tous les commentaires